Vous êtes ici

24 Mars 2014

L'Association des bibliothèques publiques du Québec demande une loi encadrant les bibliothèques publiques

Montréal, le 24 mars 2014
 

Monsieur Philippe Couillard,
Madame Françoise David,
Monsieur François Legault,
Madame Pauline Marois,

Dans son Manifeste sur la bibliothèque publique, l’UNESCO reconnaît aux bibliothèques publiques des missions d’éducation, de culture et d’information. Ces mandats ne faisant pas partie de la mission des municipalités québécoises, mais plutôt de celle des différents ministères du gouvernement du Québec,  le rôle de nos bibliothèques publiques est malheureusement trop souvent réduit à celui de prêteuses de romans.

Le Québec gagnerait à ce que les bibliothèques publiques soient exploitées à leur plein potentiel : alphabétisation, littératie, intégration des nouveaux arrivants, éducation tout au long de la vie, culture, etc. Certaines bibliothèques québécoises assument déjà ces rôles sans que cela ne leur soit reconnu.

En octobre dernier, l’OCDE publiait les résultats issus de la troisième enquête internationale de son Programme d’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA). Les scores du Québec en littératie y sont particulièrement désolants, se retrouvant au 8e rang des provinces et territoires canadiens en plus d’être sous la moyenne des pays de l’OCDE.

La Finlande a longtemps trôné au sommet des différentes études du genre concernant la littératie. Il y a quelques années, après avoir reculé en troisième position, des investissements massifs ont été faits dans ses bibliothèques publiques, engendrant des impacts positifs sur la littératie de la population et permettant à ce pays de remonter au deuxième rang du classement PEICA.

Dans de nombreux états, l’impact social des bibliothèques publiques est reconnu, mais pas au Québec. En décembre dernier, la Bibliothèque publique de Toronto a dévoilé les résultats d’une étude démontrant que chaque dollar investi dans la bibliothèque procurait un retour sur l’investissement de 5,63 $. Cette étude démontre que les bibliothèques sont beaucoup plus qu’un entrepôt de livres, et qu’elles ont un réel impact social. Malheureusement, au Québec, si nous continuons à confiner nos bibliothèques à un simple rôle de loisir, nous ne pourrons les exploiter à leur plein potentiel.

La grande majorité des provinces canadiennes, ainsi que la Finlande, la Norvège, la Suède, le Danemark, la Catalogne et plusieurs autres pays/états/provinces possèdent une loi sur la bibliothèque publique. Ces lois viennent encadrer et protéger le respect de la mission de la bibliothèque publique. Elles viennent soutenir son développement, sa mission, son mandat, son financement et sa gouvernance. Malheureusement, au Québec, aucune loi n’encadre les bibliothèques publiques, laissant ainsi  à chaque municipalité le loisir de déterminer la présence  d’une bibliothèque sur son territoire, son financement, ses champs d’intervention (ou de non-intervention) et sa position dans la structure administrative.

Afin que les Québécois de toutes les régions puissent profiter du plein potentiel de leur bibliothèque publique et des services de qualité qu’ils sont en droit de recevoir, l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ)  sollicite l’aide du gouvernement du Québec et l’appui des différents partis politiques afin de créer un cadre législatif appuyant la mission des bibliothèques publiques québécoises.

La Politique du livre et de la lecture de 1998 était un beau rêve, mais n’a malheureusement pas eu l’impact escompté sur les bibliothèques municipales. Il est maintenant temps de donner un cadre légal à cette institution de culture, d’éducation et d’accès à l’information qu’est la bibliothèque publique.

Mesdames et messieurs les chefs de partis, l’ABPQ aimerait connaître votre position quant à cette demande qui pourrait très certainement contribuer au développement économique et social du Québec.

 Pour en savoir davantage sur le potentiel des bibliothèques québécoises, nous vous invitons à consulter le mémoire « Les municipalités de demain : La bibliothèque publique au service de la société du savoir et des citoyens » présenté par l’ABPQ à l’Union des municipalités du Québec (UMQ) lors de ses assises annuelles de 2011 : http://www.abpq.ca/sites/default/files/docs/2011-04_-_bpq_-_memoire_umq.pdf et nous vous invitons aussi à lire les Commentaires et réflexions de l’Association des bibliothèques publiques du Québec sur le Livre blanc municipal publié par l’UMQ en novembre 2012 http://www.abpq.ca/sites/default/files/docs/livre_blanc_municipal_-_reponse_de_labpq_-_8_mars_2013.pdf

 

Cordialement, 

Stéphane Legault, MSI, bibl. prof.
Président
Association des bibliothèques publiques du Québec